Badr

Toutes mes réponses sur les forums

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Auteur
    Messages
  • en réponse à : les objectifs du Collectif #345
    Badr
    Participant

    Bonjour à tous,

    Oui et aussi pour les objectifs opérationnels :
    – trouver des partenaires agriculteurs qui seraient prêt à faire la transition ou qu’ils l’ont déjà fait afin de pouvoir promouvoir l’agroécologie en se basant sur des cas concrets
    – définir les ressources disponibles ou nécessaires du collectif afin de pouvoir mener à bien ses actions
    – définir une stratégie de communication efficace, indispensable à mon sens
    – mettre en place des journées d’échanges au sujet de l’agroécologie
    – Étant aussi dans le milieu de l’éducation pour les enfants, je pense qu’il serait intéressant de préparer une présentation power-point sur ce qu’est l’Agroécologie. J’utilise par exemple une petite ruche vitrée que je présente dans des écoles, afin d’expliquer l’apiculture, la biodiversité et l’environnement, et les enfants sont très intéressés.
    – Une autre présentation peut aussi être préparer pour un public adulte, et mis à disposition sur le site dans Documents internes.

    en réponse à : Des repas bio dans les cantines scolaires de la Bièvre #344
    Badr
    Participant

    Bonjour,

    Merci pour ce sujet.

    Des parents (dont je fais parti) ont déjà réfléchi sur ce sujet, notamment en s’associant à une plateforme de distribution qui fournit des restaurations scolaires et une école proposant des repas bio dans la drome pour les enfants.

    Ce qu’il en ressort c’est :
    – Mettre 24 % de bio dans les repas ne coute pas plus cher
    – La majorité des parents interviewés en Isère n’étaient pas d’accord pour payer un peu plus cher pour un repas bio.
    – Dans beaucoup de commune, le repas de midi est calculé différemment si une cuisine est présente sur place ou non. Par exemple, dans le cas d’une cantine ne préparant pas le repas sur place, le prix net du repas représente 65 % du prix payé par les parents (3.8 Euros par exemple pour une commune de la bièvre). Hors dans d’autres communes dans lesquelles il y a une cantine avec cuisine, le prix des matières premières représente en moyenne 1.90 Euros.
    – Le prix est le premier contre-argument des collectivités locales qui ne veulent pas s’engager pour des repas bio et local.

    – Les 2 leviers principaux et indispensables pour l’instauration du bio dans les cantines en gardant un prix correct sont :
    o Limiter au maximum le gaspillage
    o Réduire la viande (remplacée par de la protéine végétal) –> beaucoup de parents n’étaient pas d’accord au vue du sondage

    Dans la stratégie de mise en place, il me semble important :
    – Que des parents d’élève, délégués ou non, soient engagés dans la démarche, ainsi que la commune bien entendu
    – Que des agriculteurs locaux soient aussi engagés dans la démarche, avec pourquoi pas une visite de la ferme prévu pour les enfants
    – Que le temps de midi devienne un temps éducatif, pendant lequel les enfants découvrent le gout des aliments et le vivre ensemble. Aujourd’hui dans la majorité des cantines, le bruit avoisine les 75 db. J’ai pu moi-même mesurer 82 db en continue dans une cantine de la bièvre. Un repas avec la meilleur qualité possible ne pourra de toute façon pas être assimilé correctement dans un contexte de stress. Ce problème est récurent dans la plupart des cantines.

    Finalement je pense qu’au delà du manger bio, il faut proposer un projet plus global pour le temps de midi pour les enfants. Manger sainement avec des produits de qualité et local dans en environnement favorable. Cette réflexion est en cours.

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)